top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurFrançoise

16 JOURS

C’est le temps de la traversée entre Mindelo au Cap Vert et le port du Marin à La Martinique, où nous avons mis pied à terre ce matin. Nous sommes très heureux d’être arrivés, fiers d’avoir relevé ce défi, remplis de sensations rares et impatients de nous dégourdir les jambes.

En quittant le Cap Vert, nous avons perdu de vue la terre, en sachant que nous n’en reverrions une nouvelle à l’horizon qu’au bout d’une vingtaine de jours : on rentrait dans le vif du sujet !

Cela a démarré en fanfare, avec une mer très agitée et donc un effet « lessiveuse » à bord qui oblige à avoir au moins 4 mains (une ou deux pour se tenir, une pour tenir l’assiette et la dernière pour la fourchette). Sport ! Après ces deux jours, la moulinette s’est calmée et il est devenu possible de faire autre chose que de gérer ses boyaux. Mise à part une journée sans vent, nous avons bénéficié d’une belle quinzaine et sur les 4 derniers jours nous avons atteint des vitesses très honorables, jusqu’à 6.7 Nœuds de moyenne en 24h (le mille marin = 1852m), mais le roulis et le tangage du vent arrière accompagnés d’une forte houle, ont remis nos corps dans le manège : allongés, la carcasse reste à peu près en place, mais tout le « mou » ne cesse de passer de babord à tribord !

Nous avons aperçu sur notre écran 5 ou 6 cargos, nous avons vu au loin un gros voilier sous spi mais sinon la zone n’est pas vraiment encombrée. Pourtant, au milieu de ce nulle part, nous avons croisé de près la route du cargo Acosta et avons pu faire un brin de causette avec l’équipage du voilier « Black Barron II » basé à Fort de France. Le reste du temps, l’œil balaie l’horizon sur 360 degrés : en journée, il se remplit de « bleu marine », de couchers du soleil, du rayon vert et la nuit, la lune et les étoiles prennent le dessus sur les feux de route.

Pour ne rien vous cacher, l’expérience est vraiment épatante et enrichissante mais l’inconfort et un soupçon d’ennui nous ont fait tenir un compte à rebours assidu.

François va rentrer par le 1° avion et nous lui souhaitons bon vent pour sa nouvelle aventure ; nous, nous allons très doucement nous caler à l’heure antillaise et faire des petits programmes de navigation. A partir de maintenant, les moyens de communiquer redeviennent simples et habituels et nous allons prendre le temps de faire de petits blabla de debreefing.


Coin « faune et flore » : Près du Cap Vert, nous avons vu une belle troupe de dauphins tachetés de l’Atlantique, très joueurs, qui ont suivi le bateau une bonne demi-heure et un autre groupe est venu nous voir à la mi-temps. Ensuite, nous avons aperçu une grosse forme non identifiée et croisé la route de multiples poissons volants. Fred a attrapé plusieurs daurades coryphènes et s’est fait manger le bout de la ligne plusieurs fois, preuve qu’il y a du monde sous la surface. A partir de la mi-parcours, la mer véhicule des algues qui sont sans doute les « sargasses » qui viennent s’entasser sur les plages « au vent » des Antilles.

Coin littéraire : Je remercie les bons amis qui ont fourni à Emilio, les « nouvelles complètes » de Joseph Conrad. Cet auteur, ancien marin, dit la mer comme personne, les états d’âmes de ses personnages sont vibrants et il croque avec subtilité son époque. Ce très bon livre a trouvé sa place dans la bibliothèque du bord.

Coin des « suiveurs de trace » : Johan et Juliette, Jo et PJ, Thérèse et les autres, vous voilà exemptés de votre relevé quotidien qui vous faisait voyager avec nous. Merci pour votre assiduité, désolés pour la perte de signal sur la fin et bon repos à tous.

Coin pour Lucas : Souvent, nous avons retrouvé sur le pont des poissons volants qui avaient raté leur atterrissage ; ils ne devaient pas avoir lu la thèse de ton papa sur l’atterrissage basé vision. Il t’expliquera.

Départ de Mindelo sur l'île de Sao Vicente au Cap Vert



Le seul cargo croisé à 2 NM



"Black baron II" à portée de voix.



On appelle çà "un grain".



360° : c'est le job du matelot de veille.


A moins qu'il ne veuille réviser l'usage du bon vieux sextant.


On peut changer son fond d'écran.



Cherchez donc la Martinique!


A l'arrivée, mouillage aux Salines et arrivée au port du Marin.






263 vues12 commentaires

Posts récents

Voir tout

12 opmerkingen


floplasse
26 jan. 2022

Trouvé 😀😘

Like

floplasse
26 jan. 2022

EMILIO

Latest Position

© Mapbox © OpenStreetMap

Summary

Where is the ship?

Sailing Vessel EMILIO is currently located at CARIBS

Caribbean Sea at position 14° 27' 09.1" N, 060° 53'

05.4" W as reported by MarineTraffic Terrestrial

Automatic Identification System on 2022-01-22 16:20

UTC (2 days ago)

Where is this vessel going to?

The vessel is currently at port LE MARIN, MQ after a

voyage of 16 days, 3 hours originating from port

MINDELO, CV.

What kind of ship is this?

EMILIO (MMSI: 228005820) is a Sailing Vessel and is

sailing under the flag of France.

Her length overall (LOA) is 13 meters .

trouvé😀😍

Like

Damien Bapt
Damien Bapt
26 jan. 2022

J'étais sur Black Baron. J'ai fait un vidéo d'Emilio. Éviter un Ovni au milieu de l'Atlantique c'est pas banal😂

Like
Damien Bapt
Damien Bapt
26 jan. 2022
Reageren op

Voici le lien de ma vidéo où l'on appercoit Emilio. https://youtu.be/HdIUDPqVhcM

Like

Delphine BITON
Delphine BITON
24 jan. 2022

Super coooool bravo pour la traversée ! soulagée que vous soyez arrivés 😍

le récit fait rêver en tout cas

Like

floplasse
23 jan. 2022

Ho!! Mais c est trop bien!! On vous voit bientôt alors?😃😃

Like
Post: Blog2_Post
bottom of page